Les performances du chanvre pour la rénovation,
la construction ou l’isolation sont inégalées à ce jour
 
 
 
 


L
es atouts du chanvre
 

Matière première renouvelable et sans pesticides

Le chanvre, culture non génétiquement modifiée, ne nécessite pas d’irrigation ni de traitements chimiques. Culture annuelle, elle constitue une ressource renouvelable dont la production peut s’adapter aux besoins du marché sans utiliser d’intrants. 1 ha de chanvre absorbe 15 t de CO2, soit l’équivalent d’1 ha de forêt.

Une performance thermique

Une résistance thermique déjà conforme à la future réglementation thermique 2020

Des murs capables de stocker la chaleur.

Un déphasage thermique de 10 h environ

Performance hygrothermique inégalée

L’hygrothermie caractérise la température et le taux d’humidité de l’air ambiant d’un local.

La capacité du béton de chanvre à apporter un confort hygrothermique dans le bâtiment est un atout majeur de ce mode constructif.

Le béton chanvre régule l'humidité et assainit l'air ambiant. De nombreux rapports ont été réalisés sur les propriétés hygroscopiques, et le comportement hygrothermique du béton de chanvre, disponibles notamment auprès des universités françaises et via les centres CEREMA.

Les chaleurs latentes dues au changement d’état de l’eau dans les parois, apportent un confort thermique spécifique au béton de chanvre.

Cette régulation hygrothermique permet d’obtenir une humidité relative stable à l’intérieur des bâtiments ainsi qu’une forte réduction des besoins énergétiques. L’adsorption dégage des calories l’hiver et la désorption apporte de la fraîcheur l’été.

Performance acoustique

Le béton de chanvre est considéré comme un bon isolant et correcteur acoustique car il est capable d'affaiblir et d'absorber les sons. Ceci est dû à sa porosité et à la structure caverneuse de la chènevotte.

La chènevotte du béton de chanvre présente un indice de vide élevé et une anisotropie. Le passage d'une onde acoustique va mettre en vibration les molécules d'air qui vont venir se frotter et déformer les parois des pores présents dans la chènevotte, et ainsi convertir leur énergie acoustique en énergie thermique.



Résistance au feu

Des tests de résistance au feu réalisés par différents organismes sur un mur de 30 cm d’épaisseur, enduit de part et d'autre à la chaux, ont démontré sa bonne stabilité au feu.

Ce mur est ainsi classé dans la catégorie française M0, incombustible, au côté de la pierre, brique, ciment, tuiles, béton, verre, laine de roche etc.

Dans la classification européenne EN 13501-1, il rentre dans la catégorie A2 S1 d0.

A2 = produits peu ou très peu combustibles
S1 = production de fumée très limitée
d0 = pas de production de gouttes ou de débris enflammés

Le feu ne se propage que très lentement dans le béton de chanvre. De plus, il n'engendre pas de chute de débris enflammés, et les fumées occasionnées sont très faibles.



Résistance aux rongeurs

Le chanvre n’est pas sujet aux attaques des rongeurs : la chènevotte très irritante si elle est ingérée entraînera rapidement la mort de ces animaux hémophiles. Le liant du béton de chanvre présente également une résistance bactérienne et fongique naturelle. Les principales constructions déjà réalisées n’ont en effet jamais subi d'attaques.

Stabilité sismique

En cas de sollicitations horizontales engendrées par une secousse sismique, l'expérience montre que le béton de chanvre renforce l’ossature bois. En effet, le matériau est très souple et collabore de ce fait à la stabilité de la structure comme un contreventement pour la structure bois.

Une architecture légère

Contrairement au béton armé, la faible densité du béton de chanvre permet la mise en place d’une architecture légère. Les bétons de chanvre utilisés pour réaliser des murs ont une masse volumique apparente d'environ 350 kg/m3.

Cette faible densité permet une mise en œuvre moins contraignante qu'un béton traditionnel lors de projets d'extensions/surélévations par exemple.



I
solation

Le chanvre est un très bon isolant. Présenté en panneau de laine de chanvre (en rouleau), il s’utilise dans la construction neuve et en restauration pour les toitures, le doublage de mur et le sol.

Le béton de chanvre est également classé dans les isolants grâce à ses performances thermiques et hygrothermiques. Il est produit par voie humide ou par voie sèche. Dans le premier cas, il est malaxé sur le chantier pour une mise en œuvre par banchage ou projection pour réaliser des dalles isolantes allégées, des remplissages de toiture, des doublages et des enduits isolants très décoratifs. Par voie sèche, il se présente sous forme de parpaing ou de panneaux préfabriqués pour une mise en œuvre à grande échelle.



M
ur

Le béton de chanvre est composé de chènevotte (paille), d’un liant et d’un peu d’eau. Il peut être utilisé pour réaliser des murs et des cloisons lors de construction ou de rénovation. Il est mis en œuvre en remplissage de parois avec une ossature porteuse : béton, métal ou préférentiellement bois. L’ossature pourra être noyée dans le béton, ou visible et affleurante à l’intérieur ou à l’extérieur, ou placée totalement à l’extérieur du béton de chanvre. Les deux possibilités de mise en œuvre (par voie sèche ou humide) développées ci-dessus permettent de s’adapter à toutes les demandes.

La préfabrication en béton de chanvre a permis de développer la construction à grande échelle. Les principaux atouts sont : la facilité de conception du projet pour le maître d’œuvre, la simplification de la mise en œuvre et le temps de séchage déporté pour une implantation rapide sur le chantier.



E
nduit

La chènevotte est également utilisée pour réaliser des enduits intérieurs ou extérieurs. Leurs intérêts sont multiples. Ils peuvent être appliqués en forte épaisseur pour des reprises de mur (faux aplomb, reprise de maçonnerie) sans nuire à la préservation architecturale. Ils permettent surtout d’améliorer sensiblement le confort thermique et acoustique. Par ailleurs, ce sont des compléments efficaces des murs en béton de chanvre : la forte perméabilité de ces enduits à la vapeur d’eau permet en effet de ne pas altérer l’excellent comportement hygrothermique de ces parois.

Les enduits en chanvre sont appliqués manuellement ou mécaniquement sur le support et sont généralement composés d'un gobetis (mortier de chaux, de sable et/ou de chanvre), d'un corps d'enduit en mortier de chanvre et d'une finition (nécessaire en extérieur).

 


R
éférences techniques

Label Granulat – Chanvre

La qualité des ouvrages qui intègrent des bétons de chanvre est liée entre autre à la qualité des matières premières utilisées. Le label Granulat Chanvre pour la Construction, mis en place par Construire en Chanvre et Interchanvre, a pour objet de garantir aux utilisateurs du granulat chanvre qu'il répond à des exigences concernant la stabilité de ses caractéristiques.
Vous trouverez en téléchargement ci-dessous la présentation du label par Construire en Chanvre :



Ce label s'inscrit dans une démarche globale de qualité définie dans les Règles professionnelles d'exécution d'ouvrages en bétons et mortiers de chanvre.

Couple liant / granulat

Conformément aux Règles professionnelles, tout couple liant + granulat chanvre conforme doit faire l'objet de tests de validation et toute mise en œuvre doit respecter les bonnes pratiques.
Cliquez ici pour obtenir le PDF comportant la liste des couples liants/granulats :



Cliquez ci-dessous pour obtenir la liste des laboratoires agréés pour les tests de validation sur les bétons et mortiers de chanvre :


R
apport sur le chanvre dans la construction

Ce rapport à télécharger explique les atouts du chanvre dans la construction, la complémentarité du bois et du chanvre, l'industrialisation du process et les capacités de production de la filière